Témoignages et Extraits Collège

1- L’OR DE LA VIE

Sommières1Sommières2

adolescent avec lunettes sans verres

Jeux de lunettes

Extraits

Les Mains

Quand je regarde mes mains je pense aux arbres sur lesquels je grimpe (Adrien)
Je me dis que j’ai de la chance de savoir dessiner avec mes cinq doigts qui se baladent sur une feuille, une espèce de bâton qui créé une oeuvre avec des lignes qui finissent par donner l’image à laquelle on pensait (Mara)
Je vois tous les chemins que je pourrais prendre dans la vie (Lucas)
Je me souviens lorsqu’elle était cassée et toute bleue (Gregorio)
Lorsque je regarde mes mains, j’ai l’impression que je vais vieillir un jour (Léna)
Ça me fait penser au déroulement de ma vie depuis bébé jusqu’à maintenant, avec mes hauts et mes bas, mes blessures, mes joies et l’amour de ma famille (Océane)
Je pense à tous les sports que j’ai fait et aux enfants maltraités qui me donnent envie de devenir policière spécialisée (Annaël)
Quand je regarde ma main, je vois la Mort (Kévin)
Je pense à ma sœur lorsque je lui donne la main (Léa)
Je pense à certaines erreurs de ma vie

L’Or de la Vie

Les filles ça sent bon la vanille
Elles sont belles comme des jonquilles
Quand elles me quittent, c’est comme si on me cassait ma coquille
Comme si on m’arrachait une aiguille de ma cheville
Vite, donnez-moi une béquille !
Heureusement les filles sont gentilles,
Ce sont des petites pastilles qui croustillent,
Comme des étoiles qui brillent…
Tanguy (4ème)

C’est un guépard qui nous rattrapera un jour ou l’autre.
C’est une fleur fanée qui nous fait frissonner .
C’est un champ de ruines où il est difficile de survivre.
Elle a une odeur pire que celle d’un porc : celle de la mort.
Elle a le goût du désespoir qui nous fait voir tout en noir.
Elle a la plus grande froideur, celle de l’horreur.
Le bruit qu’elle émet est celui des cris, des pleurs.
Au toucher, c’est comme un coussin tout plat, sans chair.
Vous l’avez peut-être deviné, il s’agit de …..
La pauvreté.
Florian (4ème)

Sous mes pieds, je sens ses racines bouger.
Son buste fort et imposant reste là devant moi.
L’écorce s’est détachée, je vois son sang couler,
Au contact du vent il agite ses bras.
Oui c’est lui, l’or qui me fait vivre.
Florient (4ème)

Je n’aime pas les épinards : ça pue le canard !
Cette algue est pleine d’eau verdâtre.
Cette vase visqueuse ne se boit pas car elle vient des bois.
Les épinards, c’est laid, entre les dents ça reste coincé.
Ces épis noirs me donnent envie de vomir.
Les épinards des poubelles semblent sortir .
Les épinards s’entendent bien avec le pinard.
Quand je mange des épinards je ne suis plus pénard.
J’en ai marre des épinards qui arrivent en fanfare.
Les épinards, ça pique la bouche comme un dard.
Gabriel (4ème)

La guerre détruit notre jolie terre,
Et envoie toutes les personnes en enfer.
La guerre détruit notre vie,
Et nous fait faire des cauchemars toutes les nuits.
La guerre nous gorge de souffrance,
A cause de son extrême violence.
La guerre est comme une flamme.
C’est cette chose qui vous brûle votre âme.
Fabien (4ème)

Un grain de sable est une pépite d’or
Qui s’illumine sous le soleil d’été
Approche-toi de plus près pour le regarder
Et tu verras qu’un trésor y est caché
Chaïma (4ème)

Dans cette vaste étendue de l’océan
Un grain de sable a bloqué le temps.
A ce moment-là, je profite de l’instant.
Aliocha (4ème)

L’esclavage, c’est un passage sauvage
Dont les entraves deviennent un héritage
Je suis triste quand je vois son visage
Oussama (4ème)

2- LA CLE DU SOUVENIR




Hommages à un proche

Joyeuse avec moi ou n’importe qui, tu fais disparaître l’ennui
Au loin, une montagne de rires et délires, avec en haut un coffre de souvenirs à enrichir et à remplir.
Débrouillarde avec une machette comme avec moi, tu sais toujours faire cesser les conflits insensés.
Et entourée sans cesse de personnes différents que tu en te lasseras jamais de rencontrer, tu me racontes des histoires qui, dans ma mémoire, sont à jamais gravées.
Timothé (6ème)

J‘adore les bonbons que tu me donnes quand on est en tongs
On se met de la crème solaire et tu soupires
Seule devant la télévision, tu regardes le tennis
Élégante comme une fleur
Parfaite pour faire les magasins et acheter les maillots de bain
Hypnotisée par la télé
Inséparables l’une de l’autre
Nous allons souvent à la mer avec un chapeau sur la tête
Ensemble, on regarde les photos de nos proches avec nos lunettes de soleil.
Léa Estève (6ème)

Cet amour, ce courage, cette joie, cette beauté, toutes tes qualités je les adore.
A partir de maintenant, nous allons partir avec des rires et revenir avec des rires.
Rigole avec moi des photos de ceux qu’on aime et des fautes d’orthographe de tes élèves !
Ignore le danger du feu, des caries causées par les macarons et les sucreries.
Nous nous ressemblons comme deux sosies, comme deux minimoys.
Et nous nous ressemblons aussi dans l’amour que l’on donne aux autres.
Lisa (6ème)

Mer à l’horizon voyant enfin l’île de ta jeunesse
Accent du Sud, parfum aux fleurs de jasmin
Respecter la patience dont tu as fait preuve pendant dix ans
L’ Immortalité de tout ce que tu portes en toi
Nous prouve que tu es comme une rose dans la glace : elle ne bouge pas et ne se plaint pas.
Avoir ce passé, cette vie et ton humour font que tu es géniale.
Vanessa (6ème)

Coralie c’est la jolie fleur qui m’a donné la vie.
Aujourd’hui grâce à elle, je déploie mes petites ailes
Pour m’envoler et me confronter à la réalité.
Maman je t’aime et cette fois je te le dis à travers un poème.
Ça vient du cœur et j’espère que cela fera ton bonheur.
Alexandra (4ème)

Les commentaires sont fermés.